Comprendre la déficience intellectuelle

La déficience intellectuelle est encore méconnue. Elle est souvent associée à la maladie mentale. De plus, comme les personnes qui vivent avec la déficience intellectuelle ont parfois certaines difficultés à s’exprimer clairement ou à comprendre leurs interlocuteurs, cela crée une distance et un malaise chez les gens dits « normaux ».

Remettons les pendules à l’heure. La déficience intellectuelle n’est PAS une maladie. C’est une condition de vie pour les personnes qui la vivent, un état permanent. Certaines personnes vivant avec la déficience intellectuelle peuvent souffrir de déficience motrice ou développer certains troubles mentaux.

Définir la déficience intellectuelle

La déficience intellectuelle se définit selon trois critères :

  • Un quotient intellectuel inférieur à la moyenne (70 et moins)
  • Des limitations significatives du fonctionnement et de l’adaptation (retard de développement)
  • Les débuts surviennent avant 18 ans

Les symptômes de la déficience intellectuelle

L’Institut universitaire en santé mentale de Québec, qui traite aussi des questions de déficience intellectuelle, recense les symptômes suivants :

  • Passivité
  • Dépendance
  • Stéréotypie
  • Soumission
  • Anorexie
  • Déficit de l’attention/concentration
  • Agressivité
  • Angoisse
  • Anxiété
  • Impulsivité
  • Auto-mutilation
  • Dépression
  • Irritabilité
  • Difficultés d’apprentissage
  • Difficultés de rétention et de traitement de l’information
  • Difficulté de gestion des émotions
  • Faible estime personnelle
  • Faibles habiletés sociales
  • Grande vulnérabilité aux abus
  • Limite du jugement
  • Apprentissages conditionnés

Les causes

La déficience intellectuelle touche environ 3% de la population. De ces 3%, près de 90% des personnes ont une déficience légère, 7% une déficience moyenne et 5% une déficience profonde. La déficience intellectuelle peut frapper n’importe quelle famille. Ce n’est pas relié à l’éducation, au milieu social, économique ou à la race.

Selon certaines recherches, il y aurait plus de 350 causes de déficience intellectuelle mais aucune spécifiquement connue. Dans 60% des cas, l’hérédité est un facteur. Les conditions génétiques sont aussi des facteurs.

Il y a des facteurs précédant l’accouchement qui peuvent avoir une influence comme les effets du tabac, de l’alcool, des drogues ou la mauvaise alimentation de la femme enceinte. Des problèmes à la naissance peuvent également être pointés du doigt comme le manque d’oxygène, une infection néonatale ou la prématurité de la naissance. La maltraitance et la négligence des enfants par des adultes peuvent aussi engendrer la déficience intellectuelle.